L’histoire de mon couple (1ère partie) : de l

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

L’histoire de mon couple (1ère partie) : de lJe m’appelle Michel. J’ai 38 ans et deux enfants. En couple pendant 10 ans avec ma compagne Jade, je suis maintenant séparé. Si je me décide à écrire mon histoire aujourd’hui, c’est que j’ai besoin de mettre noir sur blanc le déroulement des faits qui vont suivre, afin de me libérer du passé… Ou tout du moins de l’exorciser un peu. Difficile en effet de me confier à quelqu’un sur ce qui s’est passé, la honte, l’excitation et la peur du jugement étant des caps difficiles à passer.J’ai rencontré Jade il y a donc un peu plus d’une décennie. Nous n’avions que peu de points communs en réalité, hormis le sexe. C’est une grande brune d’1m76, mat de peau, 57 kg, de jolis seins, de longues jambes, une taille fine, et surtout un cul à faire bander n’importe quel homme normalement constitué. La 1ère fois que je l’ai vue, c’était de dos, et son fessier m’a tout de suite conquis. Nous avions de plus des fantasmes en commun. Dès le 1er soir, elle entreprit de me sucer, et tout de suite m’invita à l’att****r par les cheveux pour lui forcer la bouche. Des rapports de domination s’installèrent très vite entre nous. Dès notre 3e ou 4e soirée ensemble, je décidais de lui faire passer un genre de test. En quelques minutes, elle s’était retrouvée nue au milieu du salon, à 4 pattes, un verre de whisky et un cendrier posés sur le dos, à faire la table basse pendant que je regardais la télé. Ce soir là, elle dut faire le service pour moi, passer la serpillère à 4 pattes, et je lui fis visiter la maison et la baisant dans chaque pièce, dans toutes les positions. Vers le milieu de la soirée, je lui enfonçais également un concombre dans le cul, puis l’enculais. Elle adorait ça, mais m’avoua plus tard ne pas trouver beaucoup d’hommes aptes à « l’honorer par derrière ». Pas besoin d’être sorti de Saint Cyr pour comprendre que j’avais déniché une véritable petite chienne, jeune (elle avait à l’époque 21 ans et moi 25), que je pourrais dresser à ma guise.Je sortais alors tout juste d’une relation de 5 ans, et mon ex n’était pas vraiment portée sur ces fantasmes. J’étais frustré et passais une grande parte de mon temps à regarder des photos de BDSM sur internet. Autant dire que je plongeais littéralement dans cette nouvelle aventure, avec la soif d’assouvir toutes mes pulsions les plus primaires. Jade en redemandait. Les 1ères semaines, je la baisais 3 fois par jour. Elle hurlait son plaisir dans le petit 2 pièces que nous avions pris. J’appréciais plus que tout de pouvoir la prendre sans retenue, quand je voulais. Elle avait tout le temps envie et en redemandait. Lors de nos premières vacances, ce fut un véritable feu d’artifice. Je la baisais jusqu’à sept fois par jour. Je ne me préoccupais que de mon plaisir, et ça la faisait jouir. Elle me disait tout le temps « je suis ton vide couilles, fais toi plaisir ». Très vite, elle eut un collier autour du cou, puis une laisse. Seule ombre au tableau, elle était très jalouse et assez dépendante. Elle ne voulait rien faire toute seule, et supportait mal que je puisse avoir une vie en dehors d’elle. Elle avait beau être soumise sexuellement, elle avait son petit caractère, mais les choses s’arrangeaient toujours sur l’oreiller.Assez rapidement, je lui proposais l’idée de faire un blog pour « exposer » aux internautes avertis ses « exploits ». Elle approuva l’idée et notre nouvel univers se mit en place tout naturellement. Les commentaires sur le blog rajoutaient un plus indéniable à notre libido. Avec un lectorat composé à 90% de mâles plus ou moins frustrés et surtout excités, les commentaires salaces ne manquaient pas. Jade adorait les mots crus et se sentait importante d’être ainsi observée, commentée, adulée par certains. Il est vrai que je n’étais pas très expressif. Avec le recul, je dois avouer que je n’étais pas (fou) amoureux d’elle, mais à 25 ans, et quelques déconvenues amoureuses, je ne croyais plus trop à l’amour. Je pensais que tant que le sexe allait, tout roulait.Et ce fut le cas pendant les années qui suivirent. De mon côté, je faisais de belles photos et prenais le temps d’écrire nos expériences. Le plastique de Jade et sa perversité faisaient le reste. Tous les 3 jours, nous mettions une nouvelle photo ou vidéo sur le blog, toujours avec les visages cachés évidemment. Séance de martinet, des objets dans l’anus, séance de baise, humiliations diverses, douches dorées… Tout ce qui nous excitait de près ou de loin, on le réalisait. Par deux fois, nous rencontrâmes un internaute particulièrement friand de Jade et du blog, qui s’appelait Dominique. J’avais envie d’ajouter une dimension psychologique à nos fantasmes avec de l’exhibition publique. La 1ère fois, ce fut dans une chambre d’hôtel. Je l’exhibais avec un bandeau sur les yeux et l’homme en question put la peloter et lui jouir sur le cul. Elle le branla également. Je me rappelle au début de la séance lors de sa présentation. Elle était trempée. La deuxième fois fut un peu plus poussée, il eut le droit de se faire sucer avec une capote, mais nous n’allions pas jusqu’à la pénétration. Jade ne voulait pas, et je voulais également que cela reste un jeu… Il fallait de plus ne pas aller trop vite. Malgré son côté très chienne, elle tenait à n’appartenir qu’à un seul homme. Puis au bout de 5 ans, nous eûmes notre premier enfant. Cela chamboula tout dans notre couple. J’étais aux petits soins pour notre progéniture et évidemment notre libido baissa quelque peu. L’assiduité à la tenue du blog s’en ressentit également. Jade me reprocha assez vite de plus m’occuper de mon fils que d’elle. Pire, le blog n’étant plus mis à jour, elle n’avait plus sa « cour » d’admirateurs pervers. Les choses se régulèrent tout de même plus ou moins bien par elles-mêmes, et deux ans plus tard, notre deuxième enfant arriva dans la famille. Et là deux enfants, ce n’était plus la même histoire. Nous nous adaptions tant bien que mal, mais force est de constater que nos rapports se détérioraient en avançant avec le temps. Nous n’avions quasiment plus de temps pour s’occuper de notre couple. La soumission, n’en parlons pas. Jade le vivait mal et me le reprochant sans cesse. De mon côté, je m’évadais sur internet en découvrant un nouveau fantasme : le candaulisme. Voir sa femme avec un autre. C’était quelque chose qui m’excitait déjà, mais dans le cadre d’une relation dans la quelle j’étais le dominant. Depuis plusieurs mois (depuis longtemps en réalité je pense), l’envie d’être soumis, de passer de « l’autre côté du miroir » me démangeait également. J’en avais parlé à ma femme et nous avions essayé mais ce n’était pas trop son truc. Elle préférait de loin être un objet de désir, qu’une dominatrice. Un après midi de juillet, à la suite d’une énième dispute, et afin d’essayer d’améliorer notre situation, je lui avouais mon fantasme de candaulisme. C’était l’un des avantages de notre couple. Sexuellement, nous pouvions parler de toutes nos envies (malheureusement, pour les autres sujets, ce n’était pas aussi facile). Elle m’écouta mais fut totalement décontenancée et ne comprit pas que je puisse être excité à l’idée de la voir avec un autre homme. Pour lui faire comprendre ma démarche, je lui expliquais que ce serait pour elle l’occasion d’explorer sa libido d’une façon nouvelle, que j’acceptais de m’occuper davantage des taches ménagères et de m’occuper des enfants, et que nous pourrions inverser les « rôles ». Je serai son soumis, et elle la Maitresse. Elle conclut la discussion en me précisant qu’elle m’avait entendu, qu’elle trouvait ça malsain, mais que nous aurions l’opportunité d’en reparler. Bref je n’étais pas beaucoup plus avancé, mais ma démarche avait eu le mérite de calmer un peu les choses, et Jade prit tout de même les éléments qui l’intéressaient dans ma proposition : elle se déchargea de certaines taches ménagères, en fait surtout en ce qui concernait les enfants. Elle sortait souvent le week-end, pendant que je restais à faire le baby-sitter. Durant un an, je lui téléchargeais des histoires sur le candaulisme et le cocufiage, lui montrait des photos légendées de situations excitantes, des vidéos. Petit à petit, la situation évoluait. Au bout d’un an, elle sortait tous les week-ends. Cela restait entre copines, mais elles allaient souvent en boite de nuit. Je l’encourageais à prendre des numéros de téléphone de mecs qui lui plaisaient, mais elle refusait toujours, me disant qu’elle n’était pas prête. De plus, elle était avec ses copines et ne voulait pas passer pour une « salope » auprès d’elles. Elle me racontait cependant que beaucoup de mecs venaient l’aborder (d’autant qu’elle sortait souvent en tenues très sexy). Elle me donnait le nom des boites de nuit ou elle allait, et j’allais en cachette consulter le compte Facebook des dites boites où des photos de soirées étaient mises en ligne. A chaque fois je trouvais 3 ou 4 photos d’elle discutant ou dansant avec une nuée d’hommes autour d’elles.Je comprenais que j’étais sur la bonne voie pour lui faire accepter ce nouveau mode de vie qui lui permettrait de s’épanouir pleinement. Je continuais donc mon « travail » de documentation en lui proposant différents documents trouvés sur internet. Pour son anniversaire, je lui offrais même le livre « comment dresser votre mari ». Ca l’amusa beaucoup mais elle ne voulait toujours pas « se prendre la tête » comme elle disait avec des histoires de domination. Je lui précisais bien également que si elle rencontrait diyarbakır escort quelqu’un ou que si elle se décidait à faire quelque chose, il fallait qu’elle me le dise, la communication étant la base de ce type de fantasme… Elle acquiesçait généralement d’une façon évasive. Côté rapport sexuel, nous avions retrouvé un peu de stabilité mais ils étaient beaucoup plus espacés qu’avant. J’aimais particulièrement qu’elle me caresse l’anus en me léchant le téton pendant que je me branlais. Elle le faisait de plus en plus souvent, en me racontant comment les mecs l’abordaient en boite de nuit. Nous étions également inscrits sur un site de rencontre pour trouver d’éventuels amants. Elle regardait par curiosité mais ne voulait pas y aller. De mon côté, je sélectionnais des hommes (sur leur physique et sur le feeling) en leur racontant mon fantasme, si éventuellement Jade voulait sauter la pas.Ce premier pas vint finalement de sa part. Un soir, elle m’annonça qu’elle était prête à essayer l’histoire du candaulisme, mais elle voulait le faire avec notre contact sur internet que nous avions rencontré deux fois : Dominique. Elle ne l’avais jamais vu de ses propres yeux puisqu’à chacune de nos rencontres elle avait eu les yeux bandés. Mais elle avait confiance en lui et savait qu’elle l’excitait beaucoup. Je lui répondis que j’étais ok et nous lui envoyâmes un petit mail pour lui raconter notre fantasme. Cela faisait plusieurs mois (voire 2 ou 3 ans) que nous n’avions plus de nouvelles mais il répondit assez vite, nous précisant qu’il était partant (tu m’étonnes), mais qu’il n’était pas forcément toujours dispo car marié. Après quelques mails, Dominique proposa qu’ils s’échangent leurs numéros de téléphone pour pouvoir discuter par texto. Au bout de deux jours, Jade était pendue à son portable toute la journée. Ils s’échangeaient des « sextos » comment elle aimait à dire. Elle me les faisait lire pour m’exciter. Ca lui plaisait beaucoup, et à moi aussi évidemment.Il habitait assez loin et une rencontre n’était envisageable que dans plusieurs semaines du fait de nos emplois du temps respectifs. Cela leur laissait beaucoup de temps pour discuter. Je me trouvais cependant un peu mis à l’écart et décidais d’envoyer un mail à Dominique pour tenter d’assouvir mes envies de soumission avec ma femme. Je lui demandais de proposer à Jade de me dominer. J’avais envie de voir sa réaction à sa demande. Dominique accepta, trouvant l’idée excellente. Il s’était renseigné de con côté et comprenait que le candaulisme impliquait une relation psychologique à 3, chose que ma femme avait un peu tendance à oublier. Je lui proposais donc quelques fantasmes qui m’excitaient, et quelques phrases types qui, je pensais, marcheraient. Deux jours plus tard. Je la vis sourire un soir en recevant un texto. Je lui demandais ce que c’était. Elle me répondit simplement « tu verras bien ». Le week-end suivant, mes parents ayant pris les enfants, elle prit quelques affaires dans un sac et me proposa d’aller faire une balade en forêt. Sur la route, elle m’expliqua que Dominique lui avait demandé des photos de moi en soumis « afin de voir si tu es un bon cocu » me dit elle. Je faisais l’étonné et lui répondais qu’elle n’avait jamais voulu me dominer. « J’ai changé d’avis » répondit elle simplement. A ces mots, je sentis mon sexe se durcir. Il avait fallu introduire une tierce personne pour qu’elle accepte de jouer les dominatrices. J’étais évidemment aux anges. Pendant le chemin, j’essayais d’analyser sa réaction. J’en concluais que ce qu’elle voulait, c’était avant tout faire plaisir à son futur amant et l’exciter. Pour en avoir le cœur net, je décidais de jouer les récalcitrants et d’en rajouter un peu. Une fois arrivé dans la forêt, Jade trouva un coin tranquille et me dit de me déshabiller entièrement. Sans même avoir à y mettre de la mauvaise volonté, je lui répondais que nous étions début mars et qu’il faisait froid. « Dominique veut une photo de toi à poil dans la nature, alors tu te fous à poil et tu ne discutes pas. Sinon moi j’arrête tout ton délire, le candaulisme, la soumission… ». Je comprenais qu’elle était déterminée. A la fois excité mais sentant que les choses pouvaient aller beaucoup plus vite (et loin) que je ne l’avais prévue, je m’exécutais. Elle sortit alors du sac son collier, me le mit autour du cou, y ajouta la laisse et me fit mettre à 4 pattes. « Voila, plus qu’une dernière chose » ajouta-t-elle. Elle prit un marqueur et inscrivit quelque chose sur mes fesses. Elle accrocha la laisse à une branche et prit plusieurs photos avec son téléphone portable. Avant de repartir, elle me fit marcher à 4 pattes sur le sol froid et humide, recouvert de feuilles. Le soir, elle me montra les photos, toute contente. Elle avait écrit « cocu » sur mes fesses. Elle les envoya à Dominique, qui ne tarda pas à répondre par texto. « Très bien, ton mari est un bon cocu ». Je lui demandais si je pouvais regarder les messages qu’ils s’étaient échangés. Elle me laissa son téléphone portable et alla se coucher. Il y avait tellement de sms que 2h plus tard je n’avais pas encore tout lu. Cela alternait entre les dialogues ultra chaud (du genre « tu me suceras jusqu’aux couilles et après je te prendrai le cul à fond) et conversations plus classiques. Ils s’étaient échangé des photos aussi. Très vite, une date fut définie pour la rencontre. Entre temps, nous réalisâmes quelques autres fantasmes excitants à distance. Comme de lui faire l’amour alors qu’elle était au téléphone avec Dominique. Pendant que je la baisais, il lui disait des mots crus. Ca l’avait beaucoup excitée. Une autre fois, alors qu’elle me caressait l’anus pendant que je me branlais, elle enfonça plus profondément ses doigts. Je lui faisais comprendre qu’elle y allait trop fort mais elle mit ses doigts dans ma bouche pour que je les humidifie, puis me bâillonna avec sa main et continua sa pénétration. « Mon amant dit qu’un bon cocu doit avoir le cul ouvert » me chuchota-t-elle à l’oreille. Je ne pus me retenir longtemps de jouir. Enfin le jour J arriva. Dominique avait réservé une chambre d’hôtel au casino de sa région. Nous avions un peu de route pour y aller. Une fois arrivés en fin d’après midi, Jade se rendit chez une esthéticienne à côté de l’hotel avec qui elle avait pris rdv. Elle revint maquillée et coiffée comme une déesse. Puis nous allâmes boire un verre en ville et manger un morceau au restaurant. Une fois rentrés à l’hôtel, elle se changea avec une mini jupe très courte et ultra sexy. Vers 21h30, elle reçut un texto disant qu’il arrivait. Ils devaient se retrouver devant le hall du casino. Elle descendit seule. Je restais dans la chambre à attendre. Ils ne revinrent qu’1/2 heure plus tard. Ils étaient allés faire un tour dans sa voiture pour se dire bonjour (elle me dira à la fin de la soirée qu’elle l’avait sucé dans la voiture et qu’ils avaient tellement envie qu’il l’avait « presque » pénétrée sur la banquette).J’avais préparé la bouteille de champagne sur la table, pensant que nous allions nous asseoir et discuter un peu pour se mettre dans l’ambiance, mais Dominique prit à peine le temps de me serrer la main que Jade était déjà sur le lit et qu’il l’embrassait à pleine bouche. Je leur demandais s’ils voulaient boire un verre. Ils me répondirent sans même me regarder « non on a envie d’autre chose ». En même pas 10 secondes. Ma femme était allongée nue sur le lit et il lui bouffait déjà la chatte avec 3 doigts à l’intérieur. Ils faisaient exactement comme si je n’étais pas là. Je branchais les caméras (j’avais prévu une gopro et une caméra fixe, voulant immortaliser ce moment. J’avais aussi un appareil photo). 2 minutes plus tard, Jade était à 4 pattes, Dominique enfila une capote et la pénétra sans plus de cérémonie.J’imagine qu’elle devait être trempée car il n’eut aucune difficulté à entrer en elle. Il l’attrapa par les hanches et commença à la pilonner sérieusement, lui attrapant les cheveux comme une chienne (il savait qu’elle adore ça). Puis elle se mit sur le dos et il la prit en missionnaire pendant plusieurs minutes. Alors qu’elle criait sous les coups du boutoir, ils jouirent ensemble. Il retira la capote et me la donna le plus naturellement du monde. Ils restèrent allongés sur le lit un bon moment et ne refusèrent pas, cette fois ci, la coupe de champagne. Un petit ¼ d’heure plus tard, après cette 1ère « saillie », Jade s’était mise à genoux sur le lit pour le sucer. Elle lui léchait les couilles et remontait sur le gland. Il l’attrapa par les cheveux pour lui faire avaler en entier sa queue. Au bout d’un moment, elle redescendit vers ses boules, puis alla de plus en plus bas, jusqu’à son anus. En quelques secondes, il s’assit sur sa bouche. Elle lui léchait le cul, comme elle aimait le faire avec moi. Sauf que je ne pensais pas qu’elle le ferait directement avec son amant, la 1ère fois. Il lui pinçait les tétons pendant qu’elle « étouffait » sous lui. N’en pouvant plus, il lui envoya plusieurs copieuses giclées de foutre sur les seins, avec lesquelles elle se massa longuement le ventre. Après toutes ces émotions, nous décidâmes d’aller boire un verre au bar du casino tous les trois. Evidemment, Jade était très tactile avec Dominique. Ils se tenaient par la main, et se roulaient des pelles dans l’ascenseur, mais également au bar. Les agents de sécurité et le personnel de l’hotel-casino avaient bien compris ce petit manège. Je les entendais rigoler entre escort diyarbakır eux. Dominique nous paya un verre à tous les trois. Ils s’embrassaient à plein bouche et il en profitait pour Peloter Jade dans tous les sens, lui mettait la main sous la jupe. Je remarquais d’ailleurs qu’elle n’avait pas mis de culotte. Au bout d’une petite demi-heure, ils me demandèrent de rejoindre la chambre et de les laisser en peu seuls. Je m’exécutais et les attendis pendant près d’une heure, tout seul. Je m’imaginais qu’ils avaient trouvé un petit coin tranquille. Si ça se trouve, il l’avait emmenée dans les chiottes pour se faire sucer ou la baiser contre une pissotière. Jade adorait les endroits insolites. Finalement, au retour, je ne pouvais m’empêcher de poser la question. Apparemment ils n’avaient fait que discuter. Je ne saurais jamais. Ils remirent le couvert au total 5 ou 6 fois jusqu’à 3h du matin, avant qu’il ne parte. Il la prit dans toutes les positions, notamment des positions que nous ne faisions jamais. Je ne pus me retenir de jouir lors de leur avant dernière fois. Jade se faisait alors baiser allongée sur le ventre. J’éjaculais une quantité de sperme impressionnante sur le carrelage de la salle de bains. Ils ne s’en rendirent même pas compte. Quand elle vit cela Jade m’annonça « quel gâchis, tu aurais du venir me gicler sur le visage pendant qu’il me prenait, ça aurait été très excitant. Bon ben nettoie maintenant ». Je prenais une éponge, penaud, et nettoyai le carrelage souillé. A la fin Jade lui demanda s’il voulait l’enculer. Il acquiesça mais après avoir baisé autant de fois, il n’était plus assez en forme. Il repartit donc chez lui, les couilles plus que vidées. Jade s’endormit presque aussitôt. De mon côté je me refaisais toute la soirée dans ma tête, excité à l’idée de voir les images tournées. Elle prit tout de même le temps de me dire qu’il revenait demain matin. Au réveil, elle me fit clairement comprendre qu’ils voulaient être seuls pour avoir un peu d’intimité. Je lui demandais si je pouvais laisser tourner la caméra mail elle refusa. Il envoya un sms pour dire qu’il arrivait. Elle me fit enfiler un peignoir en 4e vitesse puis m’envoya au spa pour faire un petit sauna et un peu de piscine. Je partis une petite heure, essayant de ne pas bander sous ma serviette. J’étais très excité, imaginant ce qu’il lui faisait. Quand je revins dans la chambre, ils étaient enlacés, nus sur le lit. Elle ne me raconta pas ce qu’ils avaient fait, mais me dit qu’il bandait fort, (elle adorait se faire baiser le matin).L’expérience fut une totale réussite. Jade avait adoré et ne voyait plus aucun souci moral à coucher avec des mecs qui lui plaisaient. Ils continuaient à s’envoyer des textos, ce qui l’occupait beaucoup. Nous étions en avril. La vie reprit son cours, ponctuée des petits sifflements signalant les sextos qu’ils continuaient de s’échanger. De temps en temps, il lui demandait de me dominer et lui envoyer les photos. Elle le faisait avec application, voulant faire plaisir à son amant. 2 ou 3 mois plus tard, vers juin, l’éloignement avec Dominique se faisant sentir, elle se décida à aller sur le site de rencontres sur lequel nous étions inscrits. Nous passâmes un deal. Je lui sélectionnais des hommes, et elle choisirait ceux qui l’intéressaient. Elle prit cependant la liberté de modifier un peu l’annonce que j’avais rédigée. Cela donnait : « Bonjour à tous. En couple depuis 8 ans, je recherche des mecs intéressants, entre 30 et 45 ans, virils mais pas machos pour prendre du bon temps ensemble. Mon mari m’a fait découvrir le candaulisme. Il est cocu et aime ça. Il aime me voir avec d’autres hommes. Je le domine de temps en temps, mais j’avoue être débutante dans ce domaine (donc si vous avez des idées de soumission et/ou de punition, je suis preneuse). J’aime par contre être soumise à mes amants. J’aime les hommes endurants, respectueux mais entreprenant et sachant manier les mots crus. Ecrivez-nous. Mon mari fera une présélection et je choisirai ensuite. Nous pourrons alors aller boire un verre pour faire connaissance ».Le lendemain, je me connectais. Il y avait au moins 30 messages dans la boite aux lettres. Tout le monde était évidemment très intéressé, vu l’annonce, et les photos que j’avais mis en ligne (même si elles restaient sages, on y voyait très clairement les longues jambes de Jade, et son petit cul moulé dans son jean’s). Entre les lourds, les illettrés, les moches, ceux qui ne mettaient pas de photos de leur visage etc… je supprimais les 9/10e des messages pour en retenir quelques uns et commencer à discuter. Chaque jour, entre 20 et 30 messages arrivaient. Je voulais évidemment trouver de « bons » amants pour ma femme, mais surtout qui avaient un peu de recul et comprenaient que tout ceci n’était qu’un jeu. 3 jours plus tard, elle vint voir si la pêche avait été bonne. Je lui présentais une sélection de 5 mecs. L’un d’eux attira son attention. Ils discutèrent quelques minutes sur le site, puis s’échangèrent leur numéro de téléphone. 3 jours plus tard, un rdv était décidé un soir à la terrasse d’un café.C’est à ce moment que les choses ont commencé à m’échapper. L’idée était que Jade était libre de rencontrer les hommes qui lui plaisaient, mais en ma présence. D’autant qu’elle aurait pu tomber sur des hommes dangereux… Sauf que nous avions les enfants à garder. Nous sommes alors tombés d’accord. Elle avait l’autorisation d’aller boire un verre pour faire connaissance, et si le feeling passait, nous organisions une rencontre tous les trois, où je serais juste spectateur. Elle partit donc ce soir là pour son 1er rdv avec un inconnu. Elle devait m’appeler au bout d’une heure pour me dire si tout allait bien. Je reçus effectivement un sms rassurant. Puis elle rentra 2 ou 3 h plus tard. Elle me dit que tout s’était bien passé et me raconta dans le détail la soirée. Ils avaient discuté un bon moment, puis s’étaient dirigés vers sa voiture. En chemin, il lui avait mis la main sur les fesses, puis s’assurant qu’il n’y avait personne derrière, l’avait passée sous sa courte robe pour lui « palper » l’arrière train. Elle s’était laissée faire. En entendant ça, je sentis une érection dans mon pantalon. Jade s’en aperçut et continua son récit… Ils entrèrent dans la voiture où il lui « roula une pelle » pour reprendre son expression. Il lui avait ensuite mis la main dans la culotte et l’avait doigtée. J’étais complètement excité, mais aussi un peu abasourdi de savoir que ma femme se donnait aussi facilement. Je lui faisais la remarque. Elle me répondit « bah tu sais comment je suis non ? J’aime le cul… Le mec me plaisait. Et puis c’est toi qui as voulu faire ce fantasme. Allez allonge toi sur le dos et commence à te branler, je vais te raconter la fin ». Evidemment, elle savait qu’elle faisait de moi ce qu’elle voulait à ce moment là.Je me mis en position, elle commença à me mettre un doigt dans l’anus et reprit son récit. Il lui avait donc enfoncé un, puis, puis trois doigts dans la chatte. Elle me fit même remarquer qu’il y était allé très fort et qu’elle était un peu irritée sur les lèvres. Sans doute un ongle ou sa montre qui avait frotté. Tout en parlant, elle enfonçait son doigt de plus en plus loin, ce qui me faisait « couiner ». Ca l’amusait de me voir comme ça. Ensuite, il sortit son sexe et elle le suça quelques secondes avant d’arrêter. Ils avaient du stopper car il faisait encore jour et des gens passaient dans la rue. « Voila, ça t’a plu ? Tu as envie de jouir ? Eh bien il m’a invité demain soir chez lui, donc tu auras la fin de l’histoire demain. Et interdiction de jouir d’ici là ». Quelle frustration. J’étais au bord de la jouissance. Et il n’était pas question dans le contrat qu’elle fasse ça sans moi. Elle n’eut pourtant pas beaucoup à faire pour me faire accepter sa proposition. La situation m’excitait trop. Je lui faisais me promettre de m’appeler quand elle serait là bas, de me faire des photos, des vidéos et de tout me raconter dans le détail. Elle me répondit simplement qu’elle verrait.Le lendemain arriva. Petite jupe très courte talons etc… Pas de culotte, et elle mit son rosebud. « Il m’a demandé si je pouvais le mettre, ça l’excite ». Evidemment, il connaissait notre blog, et savait que Jade en avait un. J’étais serré dans mon pantalon en la voyant partir. Je reçus un texto 1h30 plus tard pour me dire qu’elle était arrivée chez lui et que ça se passait bien. Je reçus un 2e sms deux heures plus tard m’annonçant qu’elle rentrait. Je lui demandais si c’était bien. « Bof, je te raconterai » renvoya-t-elle pat texto. Elle m’expliqua en rentrant qu’elle était tombée sur un éjaculateur précoce. La 1ère fois qu’il l’avait touchée, il avait joui en quelques secondes. Il la pénétra une 2e fois, mais là encore, ça ne dura que quelques secondes avant qu’il ne jouisse dans la capote. Elle avait cependant aimé être désirée ainsi. M’expliquant ceci, elle alla sur l’ordinateur et discuta avec un 2e homme que j’avais présélectionné et qu’elle trouvait mignon. ¼ d’heure plus tard, elle revint me disant « j’ai rendez-vous avec lui après-demain. Allez allonge toi, je vais te mettre ton doigt ». Deux jours plus tard, elle alla donc à son rendez vous. Il était prévu qu’elle n’aille boire qu’un verre, mais il l’invita chez elle après la prise de contact. Elle me le signala par sms. J’en reçus un 2e le soir avec une photo : elle était en train de branler sa queue (qui était assez grosse). Elle diyarbakır escort bayan revint le soir un peu avant minuit me précisant qu’ils avaient passé une bonne soirée, mais qu’elle n’avait pas couché avec lui. Ils s’étaient juste chauffés un peu. Ils avaient bu quelques verres et fumer un peu d’herbe. Elle m’en avait ramenée un peu d’ailleurs. « Je suis pas une fille facile non plus. J’avais juste envie de m’amuser ce soir ».La semaine suivante, je lui présentais le profil d’un autre homme intéressant sur le net. Il s’appelait Nicolas. Physiquement pas mal, mais surtout il avait plein de témoignages de femmes expliquant que c’était un super amant. Pas forcément convaincue, elle accepta pour avoir une idée. Le soir du rdv, elle s’habilla plus sagement, même si elle était très sexy, avec juste ce qu’il fallait de maquillage. C’était un vendredi soir. Vers 22h, je reçus un appel me précisant que ça se passait très bien. Il l’emmenait chez lui pour continuer la soirée. Encore une fois ce n’était pas prévu mais je sentais qu’elle était très émoustillée. Je lui dis juste de faire attention et de me tenir au courant du déroulement de la soirée. Vers minuit et demi (j’avais essayé de l’appeler au moins 3 fois mais pas de réponse, je vous laisse imaginer dans quel état j’étais), je reçus un sms me disant que tout allait bien que la soirée se passait bien. Je lui demandais ce qu’elle avait fait mais la encore pas de réponse. Finalement elle rappela une heure plus tard. Il était pas loin de 2 h du matin. « Oui oui c’était bien. Super même. Par contre il est 2h, on est crevés et on a un peu bu. Ca te dérange pas si je dors là bas ». Je tombais des nues. Elle m’annonçait ça direct, sans me donner de détails. Je lui disais que j’étais pas très chaud. Elle me répondit « de toute façon tu m’as dit que tu voulais être soumis, et que je sois ta maitresse. Alors je prends cette liberté. C’était super bon je te raconterai. Attends tu veux lui parler ? Je te le passe ». Décontenancé, j’entendis la voix de son amant me demandant si j’allais bien. Ne voulant pas perdre la face et être « Grand Seigneur », je lui demandais -«Alors, elle est bonne ma femme » ?-« Ah super bonne. Je l’ai prise dans tous les sens. Mais là on est un peu fatigués. Ca te dérange pas qu’elle dorme ici » ? Je bredouillais quelques mots en guise de réponse. Il me la repassa et j’eus juste le temps de l’entendre dire : « Merci chéri pour ta compréhension. On se revoit demain matin, je ne trainerai pas trop. Branle-toi bien ». Et elle raccrocha.Cette nuit là, j’eus du mal à trouver le sommeil. Je fus réveillé par les enfants vers 8h du matin. Elle, arriva à 10h, toute fraiche. Nous devions faire une sortie au zoo ce jour là. Difficile de parler de la soirée de la veille. Elle me glissa juste avant de monter en voiture « en tout cas il est endurant ». Elle passa une grande partie de notre sortie du week-end au téléphone, à envoyer de sms. Elle m’avait prévenu que c’était lui. Le reste du week-end se passa normalement. Le dimanche soir vers 18h, elle m’annonça qu’elle allait à une soirée tupperware avec ses copines. Elle mangerait surement là bas. Elle rentra vers 23h. J’étais déjà au lit. Elle s’allongea à côté de moi. Je lui demandais si elle allait enfin me raconter ce qui s’était passé le vendredi soir. -Ecarte tes cuisses je vais t’en raconter un peu. Pendant qu’elle enfonçait son doigt en moi en me mordillant le téton, elle me raconta en quelques secondes qu’il l’avait baisée plusieurs fois, mais aucun détail croustillant. -C’est pas facile de te dire ça. On a fait plein de trucs, je me rappelle pas de tout m’expliqua-t-elle. Je lui reprochais alors de m’exclure du jeu que nous avions initié. Voyant que j’étais fâché, elle lâcha -t’as envie que je t’excite, que tu jouisses en imaginant ta petite femme avec un autre » ? Elle disait ça en m’enfonçant son doigt. Je répondais mécaniquement « ouiiiiii ». -Alors je vais te faire une confidence. Je suis passée chez Nicolas ce soir. -Oh, et qu’est ce que tu as fait avec lui ?-Je l’ai juste sucée, j’avais mes règles, mais il était content de mon passage.Je ne pus en savoir davantage. Je jouis plusieurs jets de sperme sur mon ventre. Le sommeil arriva en quelques secondes.Le lundi matin, comprenant que Jade ne voulait pas tout me dire, j’écrivais à son amant pour qu’il me raconte ce qu’ils avaient fait. Le soir, je subtilisais son téléphone portable pendant qu’elle était sous la douche. Elle ne me laissait plus voir tous ses textos. Elle avait reçu un message de sa part lui précisant que j’avais demandé qu’il me raconte la soirée. Il demandait s’il pouvait. Elle lui avait dit « oui va-z-y. Mon mari est joueur ». « Je lui raconte tout tout » ? Je n’avais pas pu voir sa réponse car elle arriva.En tout cas le lendemain je reçus par mail un texte de 2 pages me disant en détail ce qu’ils avaient fait. Je regrette de ne pas l’avoir conservé. Mais en substance, il expliquait qu’elle l’avait chauffé toute la soirée, et chaque fois que ça devenait « sérieux », elle faisait retomber la pression. Elle disait on sort fumer une clope. Puis finalement, après 2heures de ce petit jeu, en revenant des toilettes, il l’avait trouvée complètement nue dans le salon, lui disant qu’il fallait qu’il l’att****. Il l’avait léchée sur la table de la salle à manger. Puis il était parti répondre au téléphone. En revenant, elle avait disparu. Il la retrouva dans sa chambre, à quatre pattes sur le lit, les fesses cambrées. Il l’avait baisée au moins 5 ou 6 fois, dans toutes les positions. A chaque fois ils s’étaient effondrés de plaisir, ruisselant de sueur. Je comprenais qu’elle avait joui comme jamais, et qu’elle n’osait pas me le dire, de peur de me blesser.La semaine suivante, elle sortit deux fois le soir entre copines. Je la croyais, cela faisait maintenant plus d’un an qu’elle sortait très régulièrement. D’ailleurs sa meilleure amie venait la chercher vers 20h. Sa mère devait venir passer le week-end chez nous le vendredi suivant. Elle m’annonça qu’elle allait voir Nicolas ce week-end là. Je trouvais là l’occasion de pouvoir venir avec elle chez lui. Sa mère pourrait garder les enfants pendant ce temps là. Elle refusa, disant qu’elle préférait avoir un peu d’intimité, au moins au début. Là je sortis de mes gonds. Ca faisait 3 mecs qu’elle rencontrait, elle ne m’avait ramené aucune image, ne me racontait quasiment rien de ce qu’elle faisait etc. S’ensuivit une engueulade d’au moins une demi heure. Elle me promettait de me ramener des photos, des vidéos, mais je n’en démordais pas. Je voulais venir. -« Tu vas quand même pas me laisser seul avec ta mère et les enfants, pendant que tu vas te faire baiser tout le week-end ».Finalement, au bout du compte, j’eus gain de cause : elle resta à la maison. Mais en y repensant, j’étais perdant… Je n’avais pas pu aller chez lui et l’accompagner. Le week-end passé, elle m’annonça le lundi qu’elle sortait avec ses copines. Méfiant, je demandais à voir ses textos. Elle refusa, ce qui créa à nouveau une dispute. Finalement, sa copine arriva, et je n’eu pas d’autre choix que de la laisser partir… A son retour, je lui demandais de faire une pause dans notre expérience « candauliste », tout du moins avec son amant actuel, Nicolas, sentant que les choses m’échappaient. Après plus d’une heure de discussion et de négociation, nous sommes tombés d’accord. Elle coupait les ponts avec Nicolas le temps de recouvrer ses esprits, mais elle pouvait continuer à s’envoyer des sextos avec Dominique notamment, son 1er amant. Elle devait également me les faire lire. Le mois de juillet passa ainsi. Jade continuait de sortir, d’envoyer des sms… Début août, j’eus tout de même un doute. J’eus alors l’idée de consulter sur internet sa facture de téléphone (c’est moi qui me suis toujours occupé de la paperasse et des factures, et avais donc tous les codes pour gérer cela). Elle avait un petit forfait mais avec les sms illimités. Quand je vis l’historique de ses sms, j’eus un frisson dans le dos. Quasiment toujours le même numéro, celui de Nicolas. Au moins 50 textos échangés par jour. Et même des appels… de plus d’une demi heure, les jours où elle était partie chez sa mère quelques jours.J’imprimais tout à mon travail et épluchais tout l’historique, à coup de stabilo et de notes au crayon, recoupant les soirs où elle était partie. Il y avait plus de 20 pages d’historique sms. Quand elle rentra à la maison. Elle reçut un sms justement. Je lui arrachais le téléphone des mains. Elle vit que j’étais furax. Je lisais le sms qui venait d’une certaine Véronique, et qui disait « hâte de retourner dans ton cul ». Je reconnus évidemment le portable de son amant (je le connaissais par cœur à force d’avoir épluché les factures). Là il y eut une vraie crise : on était clairement sorti du cadre du candaulisme, pour rentrer dans le cocufiage en règle, même si c’était moi qui avait initié tout cela. Après une violente dispute, Jade resta fermée à la discussion. Comprenant que je n’arriverais à rien, je me décidais à écrire à Nicolas pour le rencontrer et discuter de tout ça. Nous échangeâmes par mail. Je lui expliquais que j’étais exclu de ce jeu, que ce soit pour qu’elle me raconte ses expériences, que je vienne avec elle chez ses amants, ou même qu’elle me domine. Nous somme alors tombés d’accord sur une idée : il allait la pousser à me dominer. Ca me permettrait déjà de prendre du « plaisir » et l’inciterait sans doute à partager davantage de ses expériences. Je prenais par contre le risque qu’il lui raconte toute notre discussion. Une idée que je n’aimais pas, car j’aime contrôler les choses. Mais vue la situation, je n’avais pas trop le choix. Je basculais totalement dans l’inconnu.. !

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32